Temps de lecture : 4 minutes

Nous vivons dans une société où nos besoins fondamentaux sont souvent malmenés : sollicités en permanence par de multiples sources de distractions, nous en oublions de faire des pauses.
Pourtant notre corps crie son besoin de repos. Je vous propose aujourd’hui quelques clés et un bonus téléchargeable pour apprendre à repérer et apprivoiser votre besoin de pause. Vous en ressortirez avec une énergie nouvelle !

Les rythmes ultradiens : une clé pour notre énergie

Nous sommes soumis à des cycles naturels parmi lesquels le rythme ultradien qui nous soumet à une alternance de moments de concentration-performance intenses avec des moments en creux . Ces moments de creux sont une pause de régénération pour notre corps : un réflexe de régénération ultradien.
Vous pouvez découvrir ici, avec précision, le fonctionnement de ce rythme et son utilité pour nous.

Pourtant, soumis aux pressions d’une société qui veut aller toujours plus vite, nous avons tendance à oublier nos besoins fondamentaux ; nous n’écoutons plus notre corps tout comme Nina , la stakhanoviste fatiguée.

En cas de Syndrome de Stress ultradien, la pause s’impose

En effet, Nina, travailleuse acharnée enchaine sans pause des journées surchargées ; elle présente tous les symptômes du Syndrome de Stress ultradien induit par une suractivité excessive et chronique. Elle ne peut plus  récupérer et retrouver son énergie maximale.
Nina n’est pas la seule dans ce cas. Je croise de plus en plus de managers et autres travailleurs du 21eme siècle qui présentent le  SSU1Syndrome du Stress Ultradien. Je suis d’ailleurs persuadée que l’augmentation des burn-outs est en lien direct avec ce syndrome.

Des indicateurs des effets du symptôme de stress ultradien sont les suivants :

  1. Impression d’être déprimé
  2. Sensation d’incompétence
  3. Manque d’estime de soi
  4. Humeur variable avec des conséquences sur la relation aux autres dans le domaine personnel, professionnel et amoureux

Ça vous rappelle quelque chose ou quelqu’un ?
Pour les éviter, les pauses sont une solution à effet rapide. Toutefois, comment repérer le besoin de pause pour ceux qui vivent déconnectés de leur corps ?

Repérer vos besoins de pause

Selon Ernest Rossi, l’auteur qui a démocratisé la notion de pause ultradienne, voici les signaux du besoin de pause en fonctionnement normal et sous stress.

En fonctionnement normal Sous stress

Envie de s’étirer, de bouger, de s’interrompre

Bâillement, soupir

Envie d’arrêter de travailler Hésitation, difficulté à continuer à travailler
Relâchement dans le corps Prise de conscience de l’envie d’uriner

Envie de grignoter

Sensation de détente et de confiance Baisse de la performance
Tendance à rêver agréablement Tendance à la distraction, à la rêverie
Légers problèmes de mémoire, mots sur le bout de la langue
Vulnérabilité émotionnelle
Erreurs de frappe, calcul ou orthographe

Je suis certaine que vous reconnaitrez plusieurs signaux que vous balayez régulièrement d’un revers de main.

Souvent, les participants à mes ateliers racontent qu’à partir d’un moment de la journée, ils ont presque tous ces signaux : c’est le signe d’un syndrome de stress ultradien bien avancé. Symptômes trop longtemps négligés et le corps appelle au secours !

Pour ensuite mettre en place ces pauses

Je vous propose une fiche à télécharger pour suivre votre besoin de pause au fil de la journée et noter vos mises en pratique ! Vous pouvez  y consigner :

  • Vos moments de baisse de forme
  • ou vos pics de concentration-performance
  • vos pauses et vos remarques sur votre état.

Je vous recommande ce suivi pendant quinze jours.

J’ai bien conscience que, pour certains, les contraintes d’une vie professionnelle remplie de réunions ne permettent pas le respect de vos rythmes. Toutefois une vraie pause ultradienne de vingt minutes après le déjeuner ou vers 16h ou 17h permet vraiment une récupération et un « reboot » de notre système.

Exemple de mise en pratique :

Personnellement, lorsque j’ai des grosses journées ou que j’anime en soirée, je fais une vraie sieste à 14h00 ou à 16h30/17h00, selon mes contraintes. Une ‘vraie sieste’ signifie que je m’allonge, mets un  minuteur pour me réveiller au bout de 22 mn220 mn réglementaire + 2 mn de rab [20 mn réglementaire + 2 mn de rab].  C’est incroyable comme le corps s’habitue. En effet, je n’ai jamais été une adepte de la sieste. Au début, je ne dormais jamais. Maintenant, je me réveille généralement en sursauts à 19 minutes, juste avant la sonnerie du minuteur. Ça a changé la qualité de mes journées et surtout de mes soirées !!

Alors à vous de jouer !

***

Dans un prochain billet, je vous proposerai d’explorer les autres possibilités de pauses car le mode « sieste » n’est pas toujours possible.

Avec ces nouveaux apprentissages sur vos besoins de pause, qu’observez-vous dans votre corps ? Entendez-vous vos propres signaux ?


ALLER PLUS LOIN :

Vous pouvez lire les épisodes précédents :

  1. Du stakhanovisme au besoin de pause : avez-vous le bon rythme ?
  2. Surfer sur vos rythmes ultradiens : la clé de l’énergie
RESSOURCES

La source des ces informations se trouve dans le livre d’Ernest Rossi : The 20 minutes break

CRÉDIT IMAGE

Montage photo réalisé sous Canva avec une image libre de droit sur Pixabay de d_30