Temps de lecture : 4 minutes

La semaine dernière, Nina, la stakhanoviste fatiguée, nous a permis d’explorer l’importance des rythmes : nous nous sommes interrogés sur les croyances autour des pauses et du besoin de repos.  Cette semaine, je vous invite à comprendre plus en détail le fonctionnement du rythme ultradien.

Mieux comprendre les rythmes ultradiens

Ce n’est pas un scoop : en tant que mammifère, nous sommes soumis à des rythmes biologiques parmi lesquels les rythmes ultradiens : ils durent de 90 à 120 minutes selon les individus et s’établissent plusieurs fois par jour, en fonction des processus biologiques de notre corps.

Qu’est-ce qu’un rythme ultradien ?

Le rythme ultradien est un cycle qui influe le besoin d’activité / repos de notre corps et de notre esprit. Le respect de ce rythme est vital puisqu’il impacte la vivacité d’esprit et l’énergie physique et mentale ! Selon Ernest Rossi et les recherches sur lesquelles il s’appuie, c’est ce rythme qui nous permet de réguler le lien et l’équilibre corps/esprit.

En effet, dans notre corps se joue une symphonie chimique : organes, glandes, muscles, hormones composent une partition pour assurer un fonctionnement au top et protéger la qualité de notre système immunitaire. Comme sur une partition de musique, les pauses et les silences sont nécessaires : naturellement et légitimement notre corps et notre cerveau ont besoin de répit.

Ainsi, nous sommes soumis à des vagues avec une alternance :

  • De pic de performance maximale ultradienne (Peak Performance Period) : nous culminons à notre pic d’efficacité avec une capacité de concentration optimale ;
  • De creux pendant lesquels la capacité de concentration décroit, nous devenons moins efficaces malgré nos efforts désespérés. Il s’agit de la réaction de guérison ultradienne (Ultradian Healing Response) qui indique un besoin de pause: le moment choisi par le corps pour s’autoréguler et nettoyer sa chimie. Faites alors confiance à votre corps, il sait mieux que vous ce dont il a besoin. Accordez-lui sa pause !

Parce qu’en tant que mammifère, nous avons régulièrement besoin de faire un ‘reboot système’: hormones à réguler, toxines à évacuer. Bref, toute une chimie à éliminer.

Description du rythme

Plus concrètement, le rythme ultradien se  compose de deux phases distinctes.
Une première période de 90 minutes [environ, ça varie selon les individus] qui va progressivement vous amener vers le pic de performance ultradien. C’est le moment où vous vous sentez le roi ou la reine du monde, capable de gravir des montagnes et de toucher les étoiles : une énergie au top, un cerveau affuté, une confiance et une efficacité frétillante. Faire devient fluide, facile, vous attaquez les tâches/projets/sujets avec aisance et confort.

Puis la décrue s’amorce et vous traversez une vingtaine de minutes qui correspondent au « creux ultradien » ou réaction de guérison ultradienne : une pause dont le corps a besoin pour se régénérer.
Si vous aviez des électrodes branchées à ce moment là, vous pourriez observer une diminution du rythme cardiaque, des niveaux d’hormones, de la tension musculaire et de l’activité cérébrale1observation réalisée par Nathaniel Kleitmane, spécialiste du sommeil dans les années 50, le premier scientifique à s’être consacré exclusivement au sommeil.

Avez-vous observé ces phases chez vous ?

Le Syndrome de Stress Ultradien : un dommage collatéral du non respect des pauses

Sauf que …arrogance de notre société qui valorise la vitesse, l’efficacité, la plupart d’entre nous ignorent ces rythmes et ne font pas d’entracte. Au gré des pauses manquées,  au fil des mois et des années, le système se grippe et s’installent des symptômes.
En effet, si vous ne faites pas vos pauses, progressivement vous allez atteindre moins facilement le pic ultradien et plonger plus profondément dans le creux ultradien; votre niveau d’énergie va progressivement s’abimer.
Ne vous étonnez donc plus d’exploser en fin de journée comme Nina ou de manquer chroniquement d’énergie après votre journée de boulot.
Et oui, votre condition d’être vivant vous soumet à ces rythmes. Inutile de vous acharner à vous concentrer sur un sujet demandant une intense concentration et du jus de cerveau si vous êtes en bas du rythme, sinon, vous risquez de devenir un mort-vivant !

Les effets du Syndrome de Stress Ultradien

D’ailleurs, Ernest Rossi nous prévient dans son livre : la suractivité excessive et chronique, c’est-à-dire le fait de ne pas respecter le besoin de pause,  va induire un état qui ne nous permettra plus de récupérer et de retrouver notre énergie maximale. Nous sommes alors victime du Syndrome de Stress Ultradien avec divers effets :

  1. Impression d’être déprimé
  2. Sensation d’incompétence
  3. Manque d’estime de soi
  4. Humeur variable avec des conséquences sur la relation aux autres dans le domaine personnel, professionnel et amoureux

Bref, un dérèglement du fonctionnement corps-esprit avec incident sur nos compétences émotionnelles et relationnelles et un véritable impact, également, sur notre confiance en nous !

Pour Rossi, une majorité des maux du 20 siècle, pourraient être une conséquence du syndrome de stress ultradien : maux de dos, insomnie, burn-out, maladie auto immune …

***

Nous pouvons décider de redonner de l’espace à notre besoin de pause. Pour cela, il vous suffit d’écouter ce que votre corps vous dit, de l’entendre et de lui répondre lorsqu’il vous demande un break. Ça vaut mieux que de devenir un mort-vivant, n’est ce pas ?

Alors, quand commencerez-vous à faire des pauses plus régulièrement ?

A suivre  …


NOTES :
  1. observation réalisée par Nathaniel Kleitmane, spécialiste du sommeil dans les années 50, le premier scientifique à s’être consacré exclusivement au sommeil
RESSOURCES

Retrouvez les sources d’ informations dans le livre d’Ernest Rossi : The 20 minutes break

CRÉDIT IMAGE

Montage photo réalisé sous Canva avec une image libre de droit sur Pixabay de Lobostudiohamburg
Visuel réalisé sous Canva avec des logos achetés chez TheNounProject